Accueil > Souvenirs de nos années passées > Année 2012-2013 > les classes de cycle 3 > Une course à préparer !

Une course à préparer !

La préparation à l’école

 

Depuis le 25 octobre 2012, tous les jeudis, nous courons dans le terrain de sport. Nous travaillons la course longue. Nous sommes en binôme. A la première course, on a couru 12 minutes et 5 minutes aux autres courses. 

 
Clarisse T.

En faisant de l’EPS, nous nous sommes entraînés pour les 20 bornes. Nous avons fait le plus possible de tours de terrain en comptant les plots : ça nous sert à voir à quelle vitesse on peut courir. Mais à la première séance, on a compté le nombre de tours qu’on a fait en 12 minutes. On était par binôme et un élève écrivait et l’autre courrait. Si on s’arrête, on écrit que notre binôme s’est arrêté. Aussi, on écrivait si notre binôme était essoufflé, la tête toute rouge.
J’ai bien aimé parce qu’on court et j’aime bien courir, on s’entraine.

Marie A.

Nous avons fait des entraînements jusqu’à ce que la maîtresse donne le départ. Quand tout le monde est parti, pour la première séance, le maximum de minutes était douze minutes puis les autres séances le maximum de minutes était cinq minutes.

Nous faisons des groupes de deux ou trois. Mes binômes sont Laura et Marie A.
J’étais essoufflée, je ne sentais plus mes jambes. J’avais le visage rouge. Pour passer tout ça, il fallait que j’aille boire !

J’ai bien aimé car c’est ma passion de courir.

Chloé W.

En EPS, nous travaillons la course longue pour faire les 20 bornes.

Pour commencer la course longue, nous avons fait des échauffements.

Le premier jour où on a commencé les échauffements on devait courir 12 minutes mais on pouvait marcher.

Ce n’était pas facile.

Carly Françoise L.

Nous avons commencé la course longue après les vacances de la Toussaint. Nous avons fait trois séances avant les 20 bornes. Au début, nous avons fait une course où il fallait que l’on court douze minutes, on avait le droit de s’arrêter ou de marcher.

Si l’on marchait, on pouvait continuer la course, par contre si l’on s’arrêtait on ne pouvait plus reprendre la course.

Dans la deuxième course, on avait plus le droit de s’arrêter.

Dans la troisième course, on courrait par binôme cinq minutes puis on refaisait un tour.
A la deuxième et troisième course on avait une fiche où il y avait marqué le nombre de plots passé.

Garance S.

Nous avons commencé le jeudi l’entraînement pour les 20 bornes.

J’ai bien aimé la course.

 

Ryan D.

Quand nous avons commencé les entraînements des 20 bornes, nous avons couru 12 minutes et on pouvait marcher mais ne pas s’arrêter.

Si on s’arrêtait de courir ou de marcher la course était finie pour nous. J’ai ressenti des douleurs de point de côté et aussi dans les pieds. On avait chacun des binômes, c’est-à-dire qu’il y avait des élèves au milieu du terrain et les autres courraient tout ce qu’ils pouvaient. Ensuite on changeait de rôle.

 

Marie C.

 

Le déroulement s’est très bien passé à l’échauffement. C’était très ennuyeux car j’ai tellement l’habitude de courir partout.

Axel O.

 

Nous avons commencé à nous échauffer deux semaines avant les 20 bornes.
La première fois, il fallait courir douze minutes. La deuxième fois, nous avons couru cinq minutes. C’était pour s’adapter à la course.

En courant, j’ai ressenti des points de côté, mes joues devenaient toutes rouges et j’avais trois ou quatre crampes. J’avais des fourmis dans les pieds. Ça n’a pas été une partie de plaisir pour moi.
La dernière séance, j’ai couru les cinq minutes et j’étais très fière de moi. Au début je faisais deux ou trois minutes pour la course longue et je me suis améliorée.

 

Yasmine D.

 

Le déroulement de l’EPS je trouvais que c’était amusant. Ca m’a appris qu’il fallait courir doucement. La course longue m’a essoufflé.

 

Alexis B.

A l’échauffement, on devait garder la même allure et passer un maximum de plots. On notait le nombre de plots franchis chaque minute. Et il y avait cinq minutes en tout.

A la fin je transpirais, j’avais des points de côtés.

 

Thorvald V.

 

Au début de l’EPS, nous avons tous eu une fiche et un binôme. Nous avons couru douze minutes et notre binôme devait remplir la fiche. A la fin, nous avons fait les étirements. J’ai vu que je suis allée au bout de mes forces, je me suis surpassée et à la fin j’ai vu que j’étais capable de faire quelque chose alors que je ne pensais pas être capable de le faire.

Rayane H.

A la course longue, nous avons commencé par un échauffement. Nous avons essayé de courir à la même allure (et vitesse) puis nous avons terminé par un étirement. J’ai ressenti que j’étais épuisé.

Pol L.

En EPS, nous travaillions la course longue et nous étions en binôme. J’ai bien aimé parce que ça m’a entraînée à courir plus vite. J’aimais bien mais pas quand j’avais des points de côté. Nous nous sommes entraînés pour les 20 bornes.

Kélia O.

En EPS, on a fait des entrainements. On a couru pendant 12 minutes. On était essoufflé mais la maîtresse nous a dit de faire des étirements. On pouvait faire des petits pas ou des grands pas mais il fallait garder la même allure. Il fallait qu’on compte les plots franchis en 1 minute. Il y avait 15 plots pour un tour de terrain.

Assia S.

La première fois qu’on a fait la course longue c’était amusant parce qu’on disait qu’on flottait. C’était dur de courir 12 minutes parce que c’était la première fois.

Valentin J.

Aux entraînements, quand j’ai commencé à courir je suis parti tranquillement. Ensuite, je me suis essoufflé. J’ai transpiré et j’ai eu un point de côté. Mais j’ai continué jusqu’à la fin et on s’est étiré.

Aymeric B.

Tous les jeudis, avec notre maîtresse Mme Aubard, pour les 20 bornes d’Andrésy, nous faisons un entraînement. Pour commencer, les chefs de rang vont chercher des plots mais juste avant la maîtresse demande de se mettre en binôme. Ensuite, nous allons courir et l’autre personne du binôme compte le nombre de plots passés pour la première minutes jusqu’à cinq minutes. Le but de l’exercice était de garder la même allure ou le même rythme.
J’ai ressenti quelques points de côté, je ne sentais plus mes jambes, j’avais des crampes et j’avais froid. En gros, je n’ai pas beaucoup apprécié.

Océane C.

On a fait une course de 5 minutes : on devait courir en essayant de ne pas s’arrêter. Après, on a couru en comptant les plots en les franchissant. On avait tous des points de côté. On s’est entraîné plusieurs fois. On était tout essoufflé. La première fois j’avais gardé mon rythme et l’autre fois aussi.

Morgane V.

J’ai commencé par être le premier en course, après je me suis essoufflé. Je suis arrivé dernier à la deuxième minute et je me suis arrêté. J’ai commencé par partir vite. J’ai ressenti que c’était bien parce que j’aime le sport.

Vincent M.

Quand on était en EPS, on a fait la course longue, on était en binôme. On a couru cinq ou quatre minutes. Après les coureurs se préparent et on court tous. Soit on va vite, soit on ralentit, soit on marche si on est fatigué ou si on a un point de côté. On transpire un peu ou beaucoup. J’avais un peu mal aux pieds, j’étais aussi fatigué.

Seydou D.

 

J’ai observé que certains élèves couraient très vite au départ et allaient beaucoup moins vite ensuite. Ils ne courent pas à leur rythme. Mais il y en a d’autres qui sont partis à leur rythme et pas à toute allure. Avant que tout le monde se mette à courir, tout le monde doit faire un échauffement. Après avoir couru, les élèves procèdent à un petit étirement.

 

Bélen C.


| Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
Ecole Le Parc Andrésy (académie de Versailles)
Directeur de publication : Mme Lefebvre IEN Carrières sous Poissy